Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.
Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.
Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de
Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble,
son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le deal à ne pas rater :
One-Punch Man Tome 25 en édition Collector : où le précommander ?
9.90 €
Voir le deal

 

 de l'utilité d'un budget ici ou ailleurs

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
Libellule

Libellule


Messages : 15053
Date d'inscription : 23/01/2012

de l'utilité d'un budget ici ou ailleurs Empty
MessageSujet: de l'utilité d'un budget ici ou ailleurs   de l'utilité d'un budget ici ou ailleurs EmptyLun 30 Sep 2013, 07:46

Au hasard pour commencer

http://fr.m.wikipedia.org/wiki/Grande_D%C3%A9pression

http://m.lesechos.fr/international/berlusconi-precipite-l-italie-dans-une-nouvelle-crise-0203034654201.htm

http://www.lefigaro.fr/international/2013/09/29/01003-20130929ARTFIG00139-l-etat-americain-au-bord-de-la-paralysie-budgetaire.php
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule


Messages : 15053
Date d'inscription : 23/01/2012

de l'utilité d'un budget ici ou ailleurs Empty
MessageSujet: Re: de l'utilité d'un budget ici ou ailleurs   de l'utilité d'un budget ici ou ailleurs EmptyLun 30 Sep 2013, 08:32

Je ne permets de rajouter l'analyse de reuters, d'adord pour les USA


Mur budgétaire : les républicains ciblent la réforme de la santé La Chambre des représentants a adopté la nuit dernière un projet de loi budgétaire qui ne plaira pas au président américain Barack Obama. Les républicains qui dominent la Chambre y ont inclus un amendement qui retarde d'un an la mise en oeuvre de la réforme de l'assurance maladie connue sous le nom « d'Obamacare ». Ce vote dans la nuit de samedi à dimanche, par 231 voix contre 192, renforce la perspective d'une fermeture des services fédéraux pour la première fois depuis 17 ans, à compter de mardi 1er octobre, début de l'exercice financier.

Le chef de la majorité démocrate au Sénat, Harry Reid, a déclaré que le Sénat, qui ne se réunira pas avant lundi à 14 h, n'accepterait pas la remise en cause de la réforme de la santé, qui élargit l'assurance maladie aux plus démunis. Barack Obama lui-même a prévenu, samedi, qu'il opposerait son veto à tout projet de loi contenant une telle clause.

La dernière fermeture des services administratifs, du 16 décembre 1995 au 6 janvier 1996, était due à la guérilla budgétaire entre l'administration démocrate de Bill Clinton et les républicains, conduits par le président de la Chambre des représentants d'alors, Newt Gingrich.

La Chambre des représentants examinait un projet de loi voté vendredi par le Sénat, et destiné à assurer jusqu'au 15 novembre le financement des administrations fédérales, afin d'éviter leur fermeture. Les républicains de la Chambre, poussés depuis des semaines par les membres du Tea Party et de la droite dure, l'ont amendé en y incluant plusieurs dispositions controversées, notamment dans le but d'empêcher le financement, pendant un an, de la nouvelle loi sur l'assurance maladie, l'un des textes emblématiques de l'administration Obama.

800 000 fonctionnaires au chômage?

En cas de fermeture, les dépenses pour les services jugés essentiels, comme ceux touchant à la sécurité nationale, continueront d'être assurées, de même que celles de la sécurité sociale et des caisses de retraite, mais des retards dans les remboursements seront sans doute à prévoir. Quelque 800 000 fonctionnaires fédéraux seront mis au chômage technique, avec, en toile de fond, par exemple, la fermeture des musées et des parcs nationaux du pays, ce qui ternirait l'image des États-Unis auprès des touristes.

Dans l'avion qui le conduisait en Corée du Sud, le chef du Pentagone, Chuck Hagel, a fustigé la « manière formidablement irresponsable de gouverner » des élus du Congrès, en prévenant que 400 000 employés civils du Pentagone seraient mis en chômage technique en cas de fermeture des administrations fédérales. Sur la colline du Capitole, les échanges ont également été vifs. Élu démocrate de Georgie, David Scott, a accusé les républicains d'avoir été « pris en otage » par le Tea Party.

« Le peuple américain mérite d'avoir le temps d'étudier ce que cette monstruosité provoquera avant qu'on l'applique », a répliqué le républicain John Culberson, élu du Texas, en faisant allusion à la réforme de la santé du président Obama. Outre les amendements portant sur la réforme de la santé, la Chambre des représentants a voté une clause assurant que les militaires recevront toujours leur solde.

Les démocrates ont soutenu le texte, tout en regrettant que les républicains ignorent au passage la valeur des autres employés fédéraux qui se retrouveraient sans salaire en cas de fermeture. Le débat budgétaire se double d'inquiétudes liées au plafond de la dette autorisée (16 700 milliards de dollars) qui, selon le secrétaire au Trésor, Jack Lew, serait atteint au plus tard le 17 octobre. Reuters


Dernière édition par Libellule le Lun 30 Sep 2013, 08:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule


Messages : 15053
Date d'inscription : 23/01/2012

de l'utilité d'un budget ici ou ailleurs Empty
MessageSujet: Re: de l'utilité d'un budget ici ou ailleurs   de l'utilité d'un budget ici ou ailleurs EmptyLun 30 Sep 2013, 08:53

ensuite sur l'Italie

ROME, 29 septembre (Reuters) - Silvio Berlusconi a replongé samedi l'Italie dans la crise politique en provoquant la démission des ministres appartenant à sa formation, le Peuple de la liberté (PDL), et en accusant le président du Conseil Enrico Letta d'avoir trahi le "pacte de coalition" unissant le PDL et le Parti démocrate (centre gauche) du Premier ministre. A la tête depuis cinq mois d'un cabinet de coalition, Enrico Letta a immédiatement riposté en accusant Silvio Berlusconi d'avoir proféré "un énorme mensonge" pour justifier un "acte irresponsable et fou".

Retour sur les développements politiques en Italie depuis les élections de février dernier.

24/25 février - Les élections législatives ne produisent pas de majorité claire. La coalition de centre gauche dirigée par Pier Luigi Bersani, du Parti démocrate, est majoritaire à la Chambre des députés mais l'émergence des contestataires du Mouvement Cinq Etoiles de Beppe Grillo brouille les cartes et aucun parti n'est majoritaire au Sénat.Or le système bicaméral italien octroie les mêmes prérogatives aux deux chambres du Parlement: l'Italie est dans une impasse.

20 mars - Le président de la République, Giorgio Napolitano, dont le mandat expire le 15 mai, entame ses consultations avec les représentants des partis. Troisième économie de la zone euro, l'Italie peut difficilement se permettre de replonger dans une crise politique prolongée après le bouleversement provoqué en 2011 par la chute du gouvernement de Silvio Berlusconi au sein de la zone euro. Son économie est toujours en récession, le taux de chômage atteint un niveau record, en particulier chez les jeunes, et sa dette publique a bondi.

28 mars - Chargé de vérifier "les conditions qui lui permettraient de former un gouvernement", Bersani annonce que ses discussions n'ont pas abouti.

18 avril - Début de l'élection du successeur de Napolitano à la présidence par un collège de grands électeurs réunissant les sénateurs, les députés et des représentants des régions. Franco Marini et Romano Prodi, dont les candidatures ont tour à tour été proposées par Bersani, n'obtiennent pas la majorité requise et ne font pas le plein des voix à gauche. Bersani en tire les conclusions et annonce sa démission.

20 avril - A 87 ans, Napolitano est réélu pour un mandat de sept ans. "Je me sens dans l'obligation d'offrir mes services comme on me l'a demandé. Je ne peux pas fuir mes responsabilités à l'égard de la nation", dit-il.

24 avril - Napolitano confie à Enrico Letta, secrétaire général adjoint du Parti démocrate, la tâche de former le nouveau gouvernement.

27 avril - Letta dévoile la composition de son "governissimo", un gouvernement de large entente dans lequel Angelino Alfano, l'un des plus proches alliés de Berlusconi, a le rang de vice-président du Conseil et ministre de l'Intérieur. La composition du cabinet Letta est le résultat d'un savant dosage entre les différents partis traditionnels du pays: neuf ministres sont issus des rangs du Parti démocrate; cinq viennent du parti de Berlusconi, Peuple de la liberté (PDL, droite); les centristes de Scelta Civica (Choix civique), qui soutenait Mario Monti, obtiennent trois ministères. Les autres sont des "experts" non affiliés à des partis politiques.
Les députés puis les sénateurs lui accordent leur confiance.

24 juin - Berlusconi est condamné en première instance à sept ans de prison et à une peine d'inéligibilité à vie dans l'affaire du "Rubygate" dans laquelle il était poursuivi pour incitation à la prostitution de mineure et abus de pouvoir.

1er août - La Cour de cassation confirme la peine de prison frappant Berlusconi pour fraude fiscale dans l'affaire Mediaset, qui devient définitive. Le "Cavaliere" a été condamné à quatre ans de prison, réduits à une année en vertu d'une loi d'amnistie, pour fraude fiscale dans l'affaire de l'achat de droits de retransmission par son empire télévisé.

9 septembre - Début des auditions devant la commission sénatoriale qui doit proposer ou non l'exclusion de Berlusconi de la chambre haute du Parlement.

27 septembre - A l'issue d'un conseil des ministres, Letta annonce qu'il va demander un vote de confiance au Parlement faute d'avoir pu faire adopter de nouvelles mesures budgétaires, notamment sur un relèvement du taux principal de la TVA que refuse Peuple de la liberté, et prévient qu'il n'est pas disposé à poursuivre sa mission sans un soutien clair des partis de la coalition."Avant la clarification, il est inévitable que toute décision gouvernementale sur des questions budgétaires ou économiques soit suspendue", dit-il.

28 septembre - Berlusconi provoque la démission des ministres appartenant à sa formation et accuse Letta d'avoir trahi le "pacte de coalition". Ce dernier riposte en accusant Berlusconi d'avoir proféré "un énorme mensonge": "Pour justifier l'acte irresponsable et fou de ce jour, qui n'a pour but que de couvrir ses propres problèmes personnels, Berlusconi tente de tordre la réalité, en utilisant la TVA comme alibi." (Henri-Pierre André pour le service français) © Thomson Reuters
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule


Messages : 15053
Date d'inscription : 23/01/2012

de l'utilité d'un budget ici ou ailleurs Empty
MessageSujet: Re: de l'utilité d'un budget ici ou ailleurs   de l'utilité d'un budget ici ou ailleurs EmptyMar 01 Oct 2013, 09:13

Les évolutions budgétaires continuent de faire l'actualité un peu partout dans le monde, mais chut, éluder un sujet est un droit. Et puis il ne faut pas tout mélanger, ces sujets ne sont pas liés, c'est de la pure provoc de les regrouper ensemble.

http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/09/30/budget-obama-n-est-pas-resigne-a-une-paralysie-de-l-etat_3487497_3234.html
http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/09/30/la-justice-grecque-devoile-les-actions-criminelles-d-aube-doree_3487110_3214.html
http://www.lemonde.fr/international/article/2013/09/30/silvio-berlusconi-prend-l-italie-en-otage_3486993_3210.html
http://www.taurillon.org/2014-2020-Vers-un-nouveau-desastre-cause-par-l-absorption-des-fonds,06014

sinon un détail de l'histoire budgétaire en cours qui peut tout simplifier en effet :

Le FMI craint une faillite bancaire mondiale
Par Europe1.fr avec AFP Publié le 30 septembre 2013 à 15h55

L'économie mondiale fait encore face aux "risques" d'une nouvelle faillite d'un géant bancaire cinq ans après la chute de Lehman Brothers aux Etats-Unis, regrette le Fonds monétaire international (FMI) dans un rapport paru lundi. "Il y a encore de nombreux établissements financiers d'importance systémique dont le champ d'action s'étend à l'ensemble du globe", assure le Fonds dans ce rapport publié en prélude à ses prévisions économiques mondiales la semaine prochaine.

Cinq ans après la faillite du géant bancaire Lehman Brothers, étincelle de la crise, le Fonds note que les progrès sur la réforme financière mondiale restent "inachevés". "L'économie mondiale reste donc exposée aux risques qu'un de ces établissements financiers d'importance systémique fasse faillite", écrit le Fonds. Depuis la crise financière aux Etats-Unis, les géants bancaires sont soumis à des tests des résistance annuels et devront bientôt augmenter leur ratio de capital dans le cadre de la réforme bancaire internationale baptisée "Bâle III". Mais ils continuent à inquiéter jusqu'à la Banque centrale américaine (Fed).
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal


Messages : 19033
Date d'inscription : 06/07/2010

de l'utilité d'un budget ici ou ailleurs Empty
MessageSujet: Re: de l'utilité d'un budget ici ou ailleurs   de l'utilité d'un budget ici ou ailleurs EmptyMar 01 Oct 2013, 09:44

Avec moi Président on s'en fout lui il sait... il est insubmersible.
Si en plus il prend Ségo comme premier ministre on s'en sort "fingers in the nose" d'ailleurs un économiste universellement connu l'a expliqué elle aurait mieux fait que sarko lors de la crise des années précédentes...

Pourquoi nous inquiéter ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





de l'utilité d'un budget ici ou ailleurs Empty
MessageSujet: Re: de l'utilité d'un budget ici ou ailleurs   de l'utilité d'un budget ici ou ailleurs Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
de l'utilité d'un budget ici ou ailleurs
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Et pendant ce temps ailleurs qu'à Fontenay...
» Migrations vers ailleurs
» Le Front de gauche ne votera pas le budget 2013
» Le conseil constitutionnel ecorme le budget 2017
» Conseil municipal et vote du budget.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne locale :: Tribune libre-
Sauter vers: