Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.
Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de
Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble,
son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -24%
Grosse réduction sur la TV LG OLED77CX ...
Voir le deal
3799 €

 

 Ailleurs dans le Val de Marne

Aller en bas 
AuteurMessage
a.nonymous



Messages : 14980
Date d'inscription : 30/05/2011

Ailleurs dans le Val de Marne Empty
MessageSujet: Ailleurs dans le Val de Marne   Ailleurs dans le Val de Marne EmptyDim 13 Jan 2019, 02:57

Il est toujours intéressant de regarder ce qui se passe ailleurs dans le département en particulier dans les autres villes communistes...

Citation :
Vitry : le maire candidat à sa succession... sans l’accord du PCF
Denis Courtine| 12 janvier 2019

Il se lance dans la bataille. Mais sans attendre le feu vert de son parti. Il était un peu plus de 19h30 ce samedi quand Jean-Claude Kennedy, maire (PCF) de Vitry depuis janvier 2015, a annoncé qu’il se présentait aux municipales de 2020. « Riche de l’histoire d’une ville conduite par un maire communiste depuis 1925, je suis prêt à assumer cette continuité lors des prochaines échéances électorales », a-t-il déclaré.

«Une candidature pour l’heure individuelle, a dans la foulée recadré Pierre Belloch, le secrétaire de la section du PCF à Vitry. Nous sommes contents qu’il soit à nos côtés pour les municipales. Mais ce projet est encore à discuter ». Et de lâcher que « d’autres options sont possibles. »

Jean-Claude Kennedy avait pris soin de préciser que sa candidature se ferait « dans un processus démocratique avec [ses] camarades du parti communiste, d’abord, mais aussi avec les partenaires, de la gauche, des écologistes et des citoyens qui voudront s’engager à nos côtés pour Vitry ».

Pour la première bataille qu’il va mener comme candidat aux municipales, il se dit «confiant et respectueux des constructions collectives nécessaires pour aboutir au rassemblement le plus large d’abord avec mes camarades et nos partenaires de la majorité ».

Dans d’autres villes communistes du département, comme à Ivry ou à Bonneuil par exemple, les maires sortants ont d’abord été désignés par le parti avant d’annoncer leur candidature.

Fabien Guillaud-Bataille, le responsable du PCF dans le département, nous a confirmé lors de ces voeux que c’est bien la section locale qui décidait par vote de son candidat aux municipales.

Un peu plus tôt dans son discours, Jean-Claude Kennedy avait insisté sur le rôle prépondérant de la fonction de maire, qui « reste un des remparts forts de la République en même temps d’un élu accessible. »

Ancien premier adjoint de son prédécesseur Alain Auboubert qui avait démissionné, il avait été élu largement par les conseillers municipaux.

Pourquoi est-il candidat à sa propre succession ? « Le seul choix qui m’anime c’est de servir, c'est d’être utile à rassembler, non pas par facilité, mais au nom de l’exigence que nous devons avoir pour cette ville et pour les Vitriots, au nom de l’espoir que nous portons pour la première ville du département [NDLR : 93 000 habitants] où se croisent tant de projets. »

Il entend déjà «enrichir de nouvelles forces politiques » et de «nouvelles personnalités ».

Lors des dernières municipales en 2014, le maire sortant Alain Auboubert était arrivé nettement en tête au premier tour avec 44,6% des voix devant Alain Afflatet (Union de la droite et du cenre) 18,8%, l’écologiste Jacques Perreux (16,1%) et le frontiste François Paradol (14%). Tous ces candidats s’étaient maintenus au second tour. L’ancien maire de Vitry avait été réélu avec 47,5% des voix.
http://www.leparisien.fr/val-de-marne-94/vitry-le-maire-candidat-a-sa-succession-sans-l-accord-du-pcf-12-01-2019-7987245.php
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 19033
Date d'inscription : 06/07/2010

Ailleurs dans le Val de Marne Empty
MessageSujet: Re: Ailleurs dans le Val de Marne   Ailleurs dans le Val de Marne EmptySam 26 Jan 2019, 12:30

c'est bien sur intéressant... mais est ce avec ce genre de politicards que nous pouvons tenter de remettre debout une ville voire un pays ?

Là est la question... heureusement nous avons macron !
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4982
Date d'inscription : 08/01/2012

Ailleurs dans le Val de Marne Empty
MessageSujet: Re: Ailleurs dans le Val de Marne   Ailleurs dans le Val de Marne EmptyMar 15 Oct 2019, 17:27

Ailleurs ... mais toujours dans le Territoire (intercommunal) Paris Est Marne et Bois
comparaison de texte
Citation :
L’UDI soutient Laurent Jeanne à Champigny-sur-Marne
C. Dubois, 15.10.2019
A Vincennes, LREM a lancé sa campagne officiellement la semaine dernière, face à la maire UDI. A Champigny, l’UDI a officialisé son soutien à Laurent Jeanne, contre le candidat LREM. « Pour une ville apaisée, un urbanisme harmonieux, une ville qui apportera à tous les campinois, y compris les plus démunis, les services publics nécessaires à leur quotidien, nous apportons notre soutien à la candidature de Laurent Jeanne, campinois de naissance, pour les élections municipales de 2020 à Champigny sur Marne. Avec son expérience, sa compétence et sa très bonne connaissance des dossiers de notre ville, Laurent Jeanne est en effet le meilleur candidat pour nous permettre de mieux vivre demain à Champigny », défendent Wilfrid Bastin et Sophie Amar, représentants de l’UDI de Champigny-sur-Marne, confirmés par Laurent Lafon, président de l’UDI Val-de-Marne.

https://94.citoyens.com/2019/municipales-2020-en-val-de-marne-actu-a-chaud-11,15-10-2019.html

Citation :
Champigny : l'UDI se range derrière Laurent Jeanne
le 14.10.2019
Sophie Amar et Wilfrid Bastin, tous deux conseillers municipaux (UDI), ont annoncé leur ralliement à Laurent Jeanne (Libres !) en vue des élections du printemps. Les élus justifient leur décision par « l'expérience, la compétence et la très bonne connaissance des dossiers » dont ferait preuve le conseiller régional, et leur volonté de contribuer à une « ville apaisée » et un « urbanisme harmonieux ».

http://www.leparisien.fr/val-de-marne-94/municipales-2020-l-actu-en-bref-du-15-octobre-dans-le-val-de-marne-14-10-2019-8172903.php

Pour mémoire : Vincennes est la seule ville du territoire à maire UDI, Champigny et Fontenay-sous-Bois les deux seules villes du territoire ayant élu un maire PCF en 2014.
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4982
Date d'inscription : 08/01/2012

Ailleurs dans le Val de Marne Empty
MessageSujet: Re: Ailleurs dans le Val de Marne   Ailleurs dans le Val de Marne EmptyMer 20 Nov 2019, 10:22

La vie trépidante du MoDem, d’un virage sur l’aile à l’autre. Ou : le MoDem d’en haut contre le MoDem d’en bas.
Il faut arrêter de nationaliser (ou départementaliser) les élections municipales : priorité aux situations locales (thèmes, enjeux) variables selon les villes, alors que les alliances nationales entre partis sont bien loin de tout ça et de l’intérêt des habitants.

Citation :
Municipales 2020 en Val-de-Marne: crise interne au Modem
C. Dubois, 19.11.2019
Plusieurs référents locaux du Modem Val-de-Marne dénoncent des problèmes de gouvernance du parti et de manque d’écoute du terrain, à l’occasion des choix de positionnement aux municipales 2020.
Soutien de Jean-Patrick Bénigni à Luc Alonso à Saint-Mandé, plutôt qu’à Léna Etner (LREM) officiellement soutenue par le Modem, dissensions autour de l’investiture à Chennevières-sur-Marne entre les tenants du maire Jean-Pierre Barnaud et ceux de sa première adjointe Marie-Christine Dirringer, approches différentes encore dans d’autres villes… tous les militants Modem ne sont pas sur la même longueur d’onde concernant les élections municipales et plusieurs, qui se revendiquent comme responsables locaux, dénoncent une insuffisance d’écoute du Modem départemental dans le choix final des candidats investis ou soutenus.

Alors que le Modem vivait sa vie en 2014, et avait fait le choix de nombreuses alliances avec l’UMP (ancien nom de LR), l’appartenance du parti à la majorité présidentielle, qui a remis le Modem dans la roue de LREM, complique beaucoup de situations locales. Certains adjoints qui ont travaillé dans des équipes LR se retrouvent notamment en porte-à-faux avec la position décidée par le Conseil national. D’autres militants locaux s’agacent aussi d’un manque de formalisme dans la structuration du parti et de sa représentation démocratique.

A l’approche des municipales, les frictions ont gagné en intensité. « Au mépris des enjeux locaux, le délégué octroie sans aucune forme de concertation des soutiens contraires à l’intérêt de notre groupe et au positionnement de nos forces locales à l’image de l’Haÿ-les-Roses, Créteil, Saint-Maur-des-Fossés, Cachan, Chennevières-sur-Marne, Saint-Mandé… Nous rappelons que jusqu’à ce jour, nous avons construit des relations locales positives qui nous ont permis de bâtir de véritables projets de société en capacité d’apporter des réponses durables aux défis locaux. De plus, le refus constant de réunir le bureau et le conseil départemental et les tentatives répétées d’en biaiser le bon fonctionnement par l’intimidation ou l’exclusion de ses membres, constituent des pratiques illégales, autoritaires et contraires aux principes d’ « information, participation, liberté du débat, transparence des décisions » (Extrait Charte Ethique, MoDem) », signent Pascal Castillon, membre historique de Mieux vivre à Cachan, le mouvement de Sébastien Trouillas, Jean-Patrick Benigni (Saint-Mandé), Olivier Anthore (Créteil), Pascal Provent, maire-adjoint de L’Haÿ-les-Roses et Mihai Guyard (Saint-Maur-des-Fossés).
../..


Dernière édition par Salamandre le Mer 20 Nov 2019, 10:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4982
Date d'inscription : 08/01/2012

Ailleurs dans le Val de Marne Empty
MessageSujet: Re: Ailleurs dans le Val de Marne   Ailleurs dans le Val de Marne EmptyMer 20 Nov 2019, 10:23

Citation :
../..
Ces derniers ont décidé de saisir le Comité conciliation et de contrôle et exigent la tenue d’un bureau réglementaire (convocation, ordre du jour, émargement, désignation d’un secrétaire de séance puis compte-rendu) suivi d’un conseil départemental élargi afin de « révéler les nombreux dysfonctionnements afin d’y apporter des réponses justes et ainsi aboutir à une sortie de crise. » La députée Maud Petit, qui soutient le maire sortant de Chennevières-sur-Marne, Jean-Pierre Barnaud, n’a pas signé et ne souhaite pas « étaler » les problèmes internes du parti sur la place publique, mais reconnaît « des difficultés de fonctionnement ». Jean-Pierre Barnaud rejoint lui aussi la position de Maud Petit. Olivier Anthore, membre du bureau, témoigne pour sa part de situations conflictuelles qui ont été jusqu’à un coup de tête de la part d’un autre militant lors du dernier bureau qui s’est tenu au printemps, qui a donné lieu à un dépôt de plainte. Ambiance…

« Des militants estiment peut-être qu’ils auraient dû être prévenus mais en bout de chaîne, c’est le Conseil national du Modem qui investit les candidats dans les villes de plus de 9 000 habitants », pointe de son côté Thomas Maubert, délégué départemental du Modem, rappelant qu’il n’y a pas de responsable local et s’étonnant des réactions de certains militants « que l’on ne voit pas beaucoup dans les réunions du Modem » et d’autres avec qui il a échangé en détail. Concernant la tenue des instances, le délégué départemental indique qu’un bureau et un conseil départemental sont prévus prochainement, ainsi qu’une réunion des chefs de file et têtes de liste.
« J’ai proposé un prochain bureau le 25 novembre, précise Didier Dousset, président du Modem 94 et maire du Plessis-Trévise. Nous en avions prévu un le 18 mais la députée avait une obligation. Il y a un gros travail de fond entre le Modem et LREM et cela peut entraîner des échanges un peu vifs en interne aussi mais ce n’est pas une crise », tempère l’élu.

https://94.citoyens.com/2019/municipales-2020-en-val-de-marne-crise-interne-au-modem,19-11-2019.html

Citation :
Municipales : pourquoi ça grince dans les rangs du MoDem du Val-de-Marne
Plusieurs responsables locaux dénoncent des « dysfonctionnements » suite aux dernières investitures et soutiens. Ils ont saisi le comité de conciliation du parti.
Par Agnès Vives, le 19 novembre 2019
Comment ce parti qui, habituellement, ne fait pas de vagues dans le Val-de-Marne en est-il arrivé là ? Des responsables locaux du MoDem dénoncent dans un communiqué commun des « dysfonctionnements », et même « un climat d'intimidation », au sein du parti. Au point d'annoncer saisir le comité de conciliation et de contrôle du mouvement.
Cette grogne monte à Cachan, Créteil, Chennevières, L'Haÿ-les-Roses, Saint-Mandé et Saint-Maur, après les dernières investitures et soutiens affichés. Comme au candidat LREM de L'Haÿ, Olivier Lafaye, un ancien centriste, et non comme le pensait Pascal Provent au maire (Libres!) Vincent Jeanbrun. Autre exemple qui dérange, le possible soutien au maire PS de Créteil, Laurent Cathala.
« Au mépris des enjeux locaux, le délégué octroie sans aucune forme de concertation des soutiens contraires à l'intérêt de notre groupe et aux positionnements de nos forces locales », dénoncent ces responsables, parmi lesquels le maire de Chennevières, Jean-Pierre Barnaud, associant la députée Maud Petit.

« Ce type d'action ne sert jamais aucun parti »
Sollicité ce mardi, le président du MoDem 94, Didier Dousset, assure à son bras armé, Thomas Maubert, son total soutien. « Il n'y a pas de dysfonctionnement. Nous sommes en ordre de marche pour réussir ces municipales, avec un vrai partenariat avec LREM. »
Et le délégué départemental Thomas Maubert, lui-même candidat à Maisons-Alfort, de se défendre : « Les arbitrages finaux sont faits par le siège du parti, sur nos propositions. Je suis assez disponible et joignable pour échanger. On peut toujours s'améliorer. Mais ce type d'action ne sert jamais aucun parti. »
Un prochain bureau est convoqué le 25 novembre. La direction comme les responsables locaux espèrent « rétablir le dialogue ». D'autant que lors du dernier bureau en juin, Olivier Anthore, responsable de Créteil avait reçu un coup de tête. Une plainte est en cours.
« Cela n'avait rien à voir avec le bureau départemental, insiste Didier Dousset. C'est une affaire privée, de désaccord entre personnes. »

http://www.leparisien.fr/val-de-marne-94/municipales-pourquoi-ca-grince-dans-les-rangs-du-modem-du-val-de-marne-19-11-2019-8197155.php
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4982
Date d'inscription : 08/01/2012

Ailleurs dans le Val de Marne Empty
MessageSujet: Re: Ailleurs dans le Val de Marne   Ailleurs dans le Val de Marne EmptyJeu 23 Jan 2020, 17:49

Municipales à Ivry-sur-Seine: PS, LFI et EELV s’unissent pour dégommer le PCF
C. Dubois, 23.01.2020
Ville emblématique du communisme municipal, Ivry-sur-Seine va faire l’objet d’une violente bataille à gauche au premier tour des municipales de 2020 avec la mise en selle d’un attelage peu banal rassemblant EELV, LFI, PS, Génération Ecologie et MRC-GRS contre le maire sortant PCF soutenu lui par Génération.S, Ensemble et la formation locale CCI.
(..)
https://94.citoyens.com/2020/municipales-a-ivry-sur-seine-ps-lfi-et-eelv-sunissent-pour-degommer-le-pcf,23-01-2020.html
Revenir en haut Aller en bas
scola



Messages : 231
Date d'inscription : 05/06/2014

Ailleurs dans le Val de Marne Empty
MessageSujet: Re: Ailleurs dans le Val de Marne   Ailleurs dans le Val de Marne EmptyVen 24 Jan 2020, 11:05

Salamandre a écrit:
Municipales à Ivry-sur-Seine: PS, LFI et EELV s’unissent pour dégommer le PCF
C. Dubois, 23.01.2020
Ville emblématique du communisme municipal, Ivry-sur-Seine va faire l’objet d’une violente bataille à gauche au premier tour des municipales de 2020 avec la mise en selle d’un attelage peu banal rassemblant EELV, LFI, PS, Génération Ecologie et MRC-GRS contre le maire sortant PCF soutenu lui par Génération.S, Ensemble et la formation locale CCI.
(..)
https://94.citoyens.com/2020/municipales-a-ivry-sur-seine-ps-lfi-et-eelv-sunissent-pour-degommer-le-pcf,23-01-2020.html

Moi ce que je retiens de cet article c'est le commentaire d'un habitant d'Ivry pour lequel une analogie avec certains quartiers de fontenay va de pair (idem pour l'idéologie de posture) :

"Aujourd’hui, celle-ci est sale, triste, désertée de commerces de proximités . Voir le centre Jeanne Hachette. Et puis les postures idéologiques incitatives et ce au détriment du bien commun . L’ensemble fait et cela s’entend que certains élus ne soient plus en phase avec la gestion actuelle"

=> Une Preuve concrète de cette posture idéologique juste boutiste du maire en place d'Ivry sur Seine PCF  via l’article suivant nommé « Réforme des retraites : la CGT éteint les fours de trois incinérateurs de déchets près de Paris » :

http://www.leparisien.fr/val-de-marne-94/contre-la-reforme-des-retraites-la-cgt-eteint-les-fours-de-trois-incinerateurs-de-dechets-pres-de-paris-23-01-2020-8243205.php

Extrait ou plutôt morceaux choisi :

« Je vais arrêter le four moi-même », confiait Philippe Bouyssou au Parisien quelques heures avant d’appuyer sur le bouton. Au bout de son doigt, ce jeudi soir, de quoi éteindre l’incinérateur traitant les déchets d’1,5 million d’habitants.

Voilà comment le maire communiste d’Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) s’est associé à une action inédite contre la réforme des retraites, depuis la salle de commandes de l’usine Ivry-Paris XIII.

La CGT Énergie annonçait donc l’arrêt total de « six fours sur sept » – le 7e étant en maintenance – à compter de ce jeudi soir, veille du conseil des ministres, et jusqu’à lundi. Le redémarrage des chaudières prendra « vingt heures ».

Le Syctom indique que les poubelles vont « continuer à être ramassées ». Mais une fois les fosses des trois sites pleines – « dès ce vendredi », prévient Julien Lambert — les camions bennes devront acheminer leur chargement jusqu’au centre de stockage et de transfert de Romainville (Seine-Saint-Denis). Les « 5 000 t de déchets journaliers » seront ensuite envoyés vers des sites d’enfouissement gérés par des entreprises privées. « La pire des solutions environnementales », se désole le Syctom auprès de nos confrères de France Bleu.

Le maire d’Ivry-sur-Seine est prêt à assumer : « On essaie de nous faire croire que l’action se délite. Mais l’essoufflement, c’est en réalité le pourrissement qu’a décidé de jouer le gouvernement qui joue avec le feu, estime Philippe Bouyssou. Notre action, c’est la marque d’une extension et d’une diversification du mouvement contre la réforme des retraites. Elle fait aussi la démonstration de l’utilité de cette usine à l’heure où beaucoup s’opposent à sa reconstruction. »
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4982
Date d'inscription : 08/01/2012

Ailleurs dans le Val de Marne Empty
MessageSujet: Re: Ailleurs dans le Val de Marne   Ailleurs dans le Val de Marne EmptySam 29 Fév 2020, 11:40

Le Val de Marne, un bout d'Île de France où la Marine manque d'équipages

Municipales : vers une seule liste pour le Rassemblement national dans le Val-de-Marne
En 2014, onze listes avaient été déposées. Six ans plus tard, le parti a quasi disparu du paysage politique. Explications.
(..)
La plupart des élus de 2014 ont disparu
La génération élue en 2014, plutôt jeune, a en très grande majorité disparu au cours du mandat : que ce soit à Limeil, Ormesson, Villejuif, Champigny. Quant à Gaëtan Marzo, leader à Créteil, qui avait cédé la tête du parti en octobre, il a fait le choix de rendre son tablier, toujours en raison de ses nouvelles fonctions professionnelles.

Après eux, personne. Pourquoi? « Il n'y a plus vraiment de fédération », lâche ce cadre du parti. A son plus haut niveau en 2014, dirigée à l'époque par Dominique Joly, elle n'est plus que l'ombre d'elle-même, suite à une succession de responsables départementaux. Un déclin enclenché, selon cet autre cadre, par le parachutage raté de Dominique Bourse-Provence, limogé en 2017 après seulement deux ans d'exercice.

« C'est un paramètre, confirme Jérôme Auvray. Mais les gens ont de plus en plus de mal à s'engager en politique. » Lui-même élu à Villiers a tenté de monter une liste, achoppant au dernier moment. Un problème d'inscription sur les listes électorales pour trois colistiers. « Je n'ai pas eu le temps d'en retrouver, se désole-t-il, évoquant aussi « des pressions ». Mais si les élections sont repoussées à cause du coronavirus, on va se rattraper. »

http://www.leparisien.fr/val-de-marne-94/municipales-vers-une-seule-liste-pour-le-rassemblement-national-dans-le-val-de-marne-28-02-2020-8269395.php
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4982
Date d'inscription : 08/01/2012

Ailleurs dans le Val de Marne Empty
MessageSujet: Re: Ailleurs dans le Val de Marne   Ailleurs dans le Val de Marne EmptyLun 06 Juil 2020, 22:47

Le maire est élu par les conseillers municipaux, c'est à dire pas forcément le choix présenté au vote des habitants.
On voit ainsi des héritages en cours de mandat (Fontenay 2014-2020). Mais aussi, des surprises de lendemain d'élections municipales (Vitry 2020).

Citation :
Municipales à Vitry : le putschiste Pierre Bell-Lloch droit dans ses bottes
Il a créé la surprise et provoqué la colère des communistes du département. Elu maire contre la tête de liste Jean-Claude Kennedy, Pierre Bell-Lloch assume au nom «de la démocratie».
Par Marion Kremp, le 6 juillet 2020

La mairie de Vitry est fermée ce lundi soir. Alors le nouveau maire emprunte les coursives, salué par des agents administratifs aux félicitations prolixes, avant de vous accueillir dans son bureau. Une salle de réunion sans âme où il a posé ses dossiers ce lundi matin, inaugurant sa prise de fonction à la tête de Vitry-sur-Seine.
Pierre Bell-Lloch (PCF), «le traître», «le perfide», comme l'affublent ses camarades communistes depuis samedi, date de sa prise de la plus grande ville du département, n'en a pas oublié la politesse. Il laissera au maire sortant, Jean-Claude Kennedy (PCF), vainqueur avec près de 49,87% des voix au second tour, déchu par son conseil municipal, «le temps de rassembler ses affaires».

«Un fait grave»
Ce lundi, il a préféré rendre visite aux artistes de l'association Sobarjo plutôt que de siéger en commission permanente au département. Le vice-président à l'eau et à assainissement, à l'emploi et à la formation n'était pas non plus derrière son pupitre lors de la séance publique du conseil départemental. «Pour m'entendre dire des choses désagréables, non j'ai préféré ne pas siéger», balaye celui qui est élu au département du Val-de-Marne depuis douze ans.

Bien lui en a pris diront certains, erreur stratégique pour d'autres. En fin de séance, le président communiste Christian Favier a officialisé le retrait de ses délégations. «Contre l'avis des Vitriots qui se sont exprimés le 28 juin en faveur de la liste conduite par Jean-Claude Kennedy, un vice-président qui figurait sur cette liste a bafoué la confiance par une manœuvre politique en se faisant élire en lieu et place de Jean-Claude Kennedy. C'est un fait grave qui entache la confiance que je pouvais avoir à l'égard de cet élu», a justifié Christian Favier.

Une déferlante sur les réseaux sociaux
Pierre Bell-Lloch évacue : «Je le savais et je n'aurais de toute façon pas pu tout faire. Il n'en demeure pas moins que cet «enfant du parti», pas naïf au point d'imaginer que son putsch ne ferait pas trembler l'appareil, n'imaginait pas cependant essuyer autant d'attaques.
«Une déferlante», même, sur les réseaux sociaux. Et tous, de la fédération nationale, à celle du Val-de-Marne, en passant par ses collègues au département, élus communistes, y vont de leur commentaire. Par voix de communiqués de presse et de post Facebook.

Si l'on sent qu'il est piqué, peut-être même «vexé» par certains, le nouveau maire de Vitry tient ferme sa légitimité. Droit dans ses bottes, au nom de la démocratie, que tous l'accusent pourtant d'avoir bafoué en se présentant lors du conseil municipal d'installation contre sa propre tête de liste.
«Jean-Claude Kennedy était dans le non-respect des accords et du programme dès le lendemain du premier tour. Depuis le début, il ne reconnaissait pas l'accord passé avec EELV. Mais il est hallucinant de penser qu'un seul homme dirige tout et décide de tout. Nous sommes une nouvelle génération qui vient casser avec ces anciennes méthodes. Le conseil municipal a décidé de dire stop à ça, c'est un cataclysme parce que cela remet en cause un système qui existe depuis des décennies», justifie le maire de 42 ans, élu au conseil municipal depuis dix ans.

«Mon père aurait été fier de moi»
Fils de responsables nationaux du parti communiste français - Fabienne Pourre sa mère était encore il y a peu secrétaire de la section de Vitry -, Pierre Bell-Lloch allait enfant déjeuner chez Georges Marchais. Une culture familiale, héritée déjà de ses grands-parents résistants communistes, plus que politique.
«Je n'ai pas envie de mêler mes parents à ça, j'ai reçu des messages me disant : Qu'est-ce qu'aurait dit ton père ! ? » Mon père aujourd'hui décédé, je sais qu'il aurait été fier, ça me suffit», replace ému l'héritier du nom catalan.
../..


Dernière édition par Salamandre le Lun 06 Juil 2020, 22:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4982
Date d'inscription : 08/01/2012

Ailleurs dans le Val de Marne Empty
MessageSujet: Re: Ailleurs dans le Val de Marne   Ailleurs dans le Val de Marne EmptyLun 06 Juil 2020, 22:47

Citation :
../..
Une origine bien ancrée dans l'esprit de résistance, sa «tête de cochon» pourrait bien venir de là ose-t-il en dédramatisant la portée de son « coup d'État ». L'homme n'appartient pas à l'appareil et le revendique, bien qu'il ait baigné dedans.
Jean-Claude Kennedy, il le connaît « depuis tout petit ». Ça ne l'a pas empêché de le pousser dehors : «Je lui ai proposé de faire entrer des élus jeunes sur la liste, au nom du renouvellement, la fédération a joué la médiation. Il a refusé le consensus pour trois noms. Mais c'est bien les membres de sa liste qui m'ont élu samedi et je ne démissionnerai pas. On n'a pas fait ça pour créer une fracture, bien au contraire. On replace l'église au centre du village, ce sont les élus qui décident, pas un seul homme.»

Appels à la démission
«J'ai été dans le rejet dans un premier temps, avant de commencer à travailler, de voir l'injustice et l'incohérence, et de m'investir en adhérant au parti à 23 ans.» Pierre Bell-Lloch était alors technico-commercial. Un terme abscons pour dire qu'il a vendu «de tout» : des salles de bains aux séjours solidaires. Avant qu'on lui demande de mettre un terme à sa vie professionnelle pour se consacrer à ses fonctions au département.

Tandis que certains demandent sa démission, notamment le maire PS voisin d'Alfortville, Luc Carvounas, ou encore le colistier de Frédéric Bourdon arrivé en deuxième position au second tour, l'ex-communiste passé chez EELV Jacques Perreux, le nouveau maire est prêt à se relever les manches pour se mettre au travail « au service de Vitry ».

Contacté, Jean-Claude Kennedy, n'a pas donné suite à nos sollicitations.
https://www.leparisien.fr/val-de-marne-94/municipales-a-vitry-le-putschiste-pierre-bell-lloch-droit-dans-ses-bottes-06-07-2020-8348559.php
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Ailleurs dans le Val de Marne Empty
MessageSujet: Re: Ailleurs dans le Val de Marne   Ailleurs dans le Val de Marne Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Ailleurs dans le Val de Marne
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne locale :: Les élections à Fontenay, passées et à venir. Promesses, satisfactions, déceptions, attentes... :: Municipales 2020-
Sauter vers: