Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.
Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de
Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble,
son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

 

 «Faute de moyens, on est à la limite de la maltraitance dans les Ehpad»

Aller en bas 
AuteurMessage
a.nonymous



Messages : 14980
Date d'inscription : 30/05/2011

«Faute de moyens, on est à la limite de la maltraitance dans les Ehpad» Empty
MessageSujet: «Faute de moyens, on est à la limite de la maltraitance dans les Ehpad»   «Faute de moyens, on est à la limite de la maltraitance dans les Ehpad» EmptyJeu 16 Avr 2020, 23:42

Citation :
Fontenay-sous-Bois : «Faute de moyens, on est à la limite de la maltraitance dans les Ehpad»

Par Marion Kremp
Le 16 avril 2020 à 15h08, modifié le 16 avril 2020 à 15h41

Dans la tribune publiée ce mardi dans Le Monde et cosignée par douze autres élus et personnalités du secteur de la santé, Jean-Philippe Gautrais dénonçait le « scandale d'Etat » qui se joue derrière les murs des Ehpad. « Une indifférence morbide » qui plane sur les résidents accueillis dans ces établissements pour personnes âgées.

Le maire FG de Fontenay-sous-Bois demande ainsi un plan d'urgence en sept propositions : « Du matériel de protection : masques FFP2 et chirurgicaux, surblouses, lunettes; des tests pour les résidents comme pour le personnel; des médicaments, notamment pour accompagner dignement la fin de vie, et du personnel qualifié pour les prescrire et les administrer; des crédits pour recruter rapidement des infirmiers, aides-soignants et aides à domicile; un plan de résorption des emplois précaires du secteur; la réquisition sanitaire des Ehpad privés. »

Et depuis déjà presque quinze jours, la mairie a lancé un appel au volontariat auprès de ses agents pour venir renforcer les équipes en sous-effectif et débordées de ses structures pour personnes âgées chez qui le Covid-19 continue de faire des victimes.

Ce mercredi midi, Florence est en route pour la résidence Hector-Malot et ses plus de 200 résidents. Comme chaque jour, la responsable du relais d'assistance maternelle de la ville, se rend auprès des résidents à l'heure des repas. 2 heures, midi et soir pour servir les repas, faire la vaisselle, prendre le temps que le personnel n'a plus pour apporter du réconfort et nouer un lien social avec les résidents.

« Je n'imaginais pas faire autrement que de me porter volontaire, chaque bonne volonté compte. J'ai aussi une famille alors je me protège au mieux, raconte cet agent municipal. On nous a donné des tenues jetables au début, mais comme il n'y en aura jamais assez, on les lave à 60 degrés. Et nous avons droit à deux masques par jour. »

Ici comme dans les autres Ehpad de Fontenay, on cherche des volontaires pour aider le personnel pour faire la vaisselle ou pour confectionner des surblouses… avec des sacs-poubelles ! Et les habitants sont invités à donner leurs chemises pour fabriquer des blouses comme l'a appelé la directrice adjointe d'Hector-Malot Magalie Rineau sur le compte Instagram de la ville.

« Ce qu'il se passe dans les Ehpad est honteux, on est très en colère même si l'on essaie de mettre cette colère de côté pour aider au mieux le personnel qui est admirable. La situation est dramatique, il manque du personnel, il manque des masques. Je dépanne les aides-soignants, je fais du nursing, j'aide pour les repas. Mais imaginez une seule personne pour donner à manger à dix résidents atteints de démence dans une unité alzheimer, ça ne permet pas de les faire manger à leur faim. Faute de moyens, on est à la limite de la maltraitance pour les résidents ! », dénonce Isabelle, assistante dentaire au centre municipal de santé et volontaire depuis quinze jours à l'Ehpad de la Dame blanche, qui compte cent chambres.
http://www.leparisien.fr/val-de-marne-94/fontenay-sous-bois-faute-de-moyens-on-est-a-la-limite-de-la-maltraitance-dans-les-ehpad-16-04-2020-8300751.php
Revenir en haut Aller en bas
Clovis



Messages : 206
Date d'inscription : 30/09/2011

«Faute de moyens, on est à la limite de la maltraitance dans les Ehpad» Empty
MessageSujet: Re: «Faute de moyens, on est à la limite de la maltraitance dans les Ehpad»   «Faute de moyens, on est à la limite de la maltraitance dans les Ehpad» EmptyVen 17 Avr 2020, 08:47

que veut dire "réquisition sanitaire des epahd privés" ?
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4982
Date d'inscription : 08/01/2012

«Faute de moyens, on est à la limite de la maltraitance dans les Ehpad» Empty
MessageSujet: Re: «Faute de moyens, on est à la limite de la maltraitance dans les Ehpad»   «Faute de moyens, on est à la limite de la maltraitance dans les Ehpad» EmptyVen 17 Avr 2020, 09:37

Un EHPAD peut être public, privé associatif ou privé lucratif.
Dans un EHPAD public, le personnel parait appartenir à la fonction publique territoriale (agents des collectivités locales). Il peut s'agir du département ; mais dans un EHPAD (inter)communal ?

Citation :
Jean-Philippe Gautrais: « Le territoire ne sert à rien »
24.10.2017
« Nous travaillions déjà très bien en intercommunalité de projets. Nous avons une maison de retraite partagée avec Vincennes, nous allons étendre la régie de chauffage urbain à Montreuil, nous avons développé une SPL (Société publique locale) qui fonctionne également très bien »
(..)
https://94.citoyens.com/2017/jean-philippe-gautrais-territoire-ne-sert-a-rien,24-10-2017.html
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4982
Date d'inscription : 08/01/2012

«Faute de moyens, on est à la limite de la maltraitance dans les Ehpad» Empty
MessageSujet: Re: «Faute de moyens, on est à la limite de la maltraitance dans les Ehpad»   «Faute de moyens, on est à la limite de la maltraitance dans les Ehpad» EmptyJeu 23 Avr 2020, 16:46

4 590 morts du coronavirus en maison de retraite en Ile-de-France au 21 avril
C. Dubois, 24.04
4 590 résidents d’Ehpa, établissements hospitaliers pour personnes âgées (principalement des Ehpad pour les personnes dépendantes mais aussi des résidences autonomie et résidences seniors), sont décédées du coronavirus Covid 19 entre le 1er mars et le 21 avril en Ile-de-France, selon Santé Publique France.
2926 résidents d’Ehpa étaient décédés du coronavirus Covid 19 entre le 1er mars et le 14 avril en Ile-de-France.
Cela représente 1664 personnes supplémentaires en une semaine, en augmentation de 57%.
Dans le Val de Marne, le nombre de décès de résidents d’Ehpa a augmenté en une semaine de 407 à 627.

Plus de 8 500 cas de Covid 19 parmi les personnels des Ehpa en Ile-de-France
Parmi les résidents d’Ehpa qui ont fait l’objet d’un dépistage à date du 21 avril, 20 464 étaient positifs au coronavirus contre 16 400 la semaine d’avant mais on ne connaît pas le nombre total de dépistages.
Le nombre de personnels infectés (parmi les détectés) est lui passé de 7 270 à 8 566 en une semaine, en progression de 18%, selon les données de Santé publique France en date du 14 avril, ce qui explique les problèmes d’effectif dans de nombreuses résidences. A noter que tous les résidents et personnels n’ont pas été testés à ce jour, ces données ne sont donc pas exhaustives.

Détails par département (voir)
https://94.citoyens.com/2020/4-590-morts-du-coronavirus-en-maison-de-retraite-en-ile-de-france-au-21-avril,24-04-2020.html
https://94.citoyens.com/2020/3000-morts-du-coronavirus-en-ehpa-en-ile-de-france-au-14-avril,21-04-2020.html
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4982
Date d'inscription : 08/01/2012

«Faute de moyens, on est à la limite de la maltraitance dans les Ehpad» Empty
MessageSujet: Re: «Faute de moyens, on est à la limite de la maltraitance dans les Ehpad»   «Faute de moyens, on est à la limite de la maltraitance dans les Ehpad» EmptySam 25 Avr 2020, 17:38

Parmi le personnel communal, il y a des volontaires pour aider en Ehpa (félicitations).
Mais plus largement, est-il envisageable que des postes d'agents communaux soient affectés en Ehpa (qui ont un grros problème d'effectif, et c'est notre maire qui l'a dit à la télé) plutôt que dans certains bureaux municipaux déjà bien remplis pour une utilité moindre ?
Revenir en haut Aller en bas
Clovis



Messages : 206
Date d'inscription : 30/09/2011

«Faute de moyens, on est à la limite de la maltraitance dans les Ehpad» Empty
MessageSujet: Re: «Faute de moyens, on est à la limite de la maltraitance dans les Ehpad»   «Faute de moyens, on est à la limite de la maltraitance dans les Ehpad» EmptyDim 26 Avr 2020, 09:47

ce serait bien non ?
Affecter le personnel là ou il y a un réel besoin. Cela semble logique. Il faut toutefois s'assurer des compétences des employés.

Une expérience récente d'un membre de ma famille dépendant : une aide ménagère en arrêt de travail remplacée par une autre qui s'assoit en arrivant pendant 10mn car elle n'a pas supporter les 3 étages à monter à pied, qui après avoir fait la poussière des meubles secoue le chiffon en plein milieu du salon, qui refuse de nettoyer la baignoire car elle ne peut se pencher …..

Donc il faut s'assurer qu'il n'y ait pas rejet de la tâche à réaliser
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4982
Date d'inscription : 08/01/2012

«Faute de moyens, on est à la limite de la maltraitance dans les Ehpad» Empty
MessageSujet: Re: «Faute de moyens, on est à la limite de la maltraitance dans les Ehpad»   «Faute de moyens, on est à la limite de la maltraitance dans les Ehpad» EmptyLun 27 Avr 2020, 19:52

Mort en Ehpad: Richard Tourisseau réagit à la tribune du fils de Liliane Marchais et charge les départements au vitriol
C. Dubois, 27.04
Directeur d’Ehpad durant 30 ans, à l’initiative de la création du Groupement des Ehpad publics du Val-de-Marne, Richard Tourisseau, désormais retraité, réagit à la tribune du fils de Georges et Lilane Marchais, publiée dans le journal L’Humanité et dénonçant un abandon des Ehpad par l’État, avant même la crise du coronavirus auquel Liliane Marchais a succombé. L’ancien directeur d’Ehpad dénonce lui un désengagement des Conseils départementaux et prône un rattachement de la compétence grand âge aux ARS (Agences régionales de Santé). Le Conseil départemental dément et inscrit les propos de l’ex-directeur dans un débat politique et de lobbyistes plus large.

Dans une tribune publiée le 15 avril dans L’Humanité, le fils de Liliane et Georges Marchais, Olivier Marchais (..) déplore la situation dramatique structurelle des Ehpad, avant même la crise sanitaire.
« Le plan Grand Âge 2008-2012, conçu il y a 14 ans, préconisait 10 agents pour 10 résidents (taux = 1), tous métiers confondus. En 2020, nous sommes toujours à 6 agents pour 10 résidents. En Allemagne et en Belgique, ils sont 8 pour 10 résidents, en Suède et au Danemark, 12 pour 10 résidents, sans pour autant avoir des tarifs supérieurs aux nôtres. La prise en charge de la dépendance aux Pays-Bas représente 3,7 % du PIB ; 2,5 % au Danemark. 1,7 % du PIB en France », chiffre Olivier Marchais, notant que dans le même temps, les personnes qui entrent en Ehpad sont de plus en plus âgées et dépendantes, majoritairement en GIR 1 et 2 (personnes les plus dépendantes).

Ancien directeur, jusqu’en septembre 2018, du Groupement des Ehpad publics du Val-de-Marne qui compte 13 sites et environ un sixième des places en Ehpad du département, Richard Tourisseau, également délégué CFDT, a réagi à cette tribune par une lettre à Olivier Marchais.
Dans cette lettre, l’ancien directeur d’Ehpad reconnaît le déficit de moyens lié aux dotations de l’État, et dénonce par ailleurs les diminutions de dotations des Conseils départementaux, également compétents en matière de financement de ces établissements, prenant pour prétexte la loi du 29 décembre 2015 dite loi Delaunay instaurant une convergence tarifaire des forfaits de soin en Ehpad. Dans le Val-de-Marne, l’ancien directeur note ainsi que la dotation départementale de la Fondation Favier est passée de 1,44 million € en 2018 à 1,28 million € en 2019. « Cela représente une bonne dizaine de postes d’aides soignants. Et ce dans l’indifférence quasi-générale. Nous verrons si cette politique se poursuit en 2020 ».

Il critique également une présence effective insuffisante des élus dans les instances de gouvernance des maisons de retraite. « Si les conseillers départementaux siègent dans les conseils d’administration des Ehpad publics, force est de constater que dans un grand nombre d’établissements, une forte minorité y brille par son absence », balance Richard Tourisseau.
Il propose carrément de transférer la compétence d’assistance aux personnes âgées aux ARS (Agences régionales de santé) qui sont sous la tutelle du ministère de la Santé, s’appuyant sur le rapport Libault de mars 2019, rendu par le président du Haut Conseil du financement de la protection sociale, qui préconisait 175 propositions dont une gouvernance partagée entre départements et ARS.

De son côté, le Conseil départemental dénonce une « affirmation mensongère ». Rappelant que le président du département, Christian Favier (PCF), qui était sénateur lors du vote de la loi Delaunay, s’y est opposé, et que le département « a décidé d’appliquer un moratoire uniquement pour les établissements perdants mais permettant aux autres Ehpad de bénéficier des effets d’une convergence positive. » Et d’estimer le surcoût généré par ce moratoire de 520 000 € en 2017 et de 773 295 € en 2018, (..). « En 2018, la valeur nette du point GIR départemental (7,94€) est la plus haute constatée en Ile-de-France (7,85€ pour Paris) avec maintien de cette valeur en 2019 ». « Les mécanismes de financement des Ehpad sont complexes mais on peut retenir qu’il n’y a depuis 2016 (année d’application de la loi Delaunay), aucun Ehpad dont le budget dépendance a diminué du fait du moratoire départemental. Le Conseil départemental du Val-de-Marne poursuit la revalorisation volontaire des budgets de Ehpad les moins bien dotés ».
Concernant la proposition de rattacher la gouvernance du grand âge aux ARS, le département rappelle « qu’il s’agit d’une expression personnelle qui ne peut engager les Ehpad publics du Val-de-Marne. »

(voir lien)
Lettre ouverte de Richard Tourisseau, dans son intégralité
Réaction du Conseil départemental du Val-de-Marne à propos de l’action départementale
https://94.citoyens.com/2020/mort-en-ehpad-richard-tourisseau-reagit-a-la-tribune-du-fils-de-liliane-marchais-et-charge-les-departements-au-vitriol,27-04-2020.html
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4982
Date d'inscription : 08/01/2012

«Faute de moyens, on est à la limite de la maltraitance dans les Ehpad» Empty
MessageSujet: Re: «Faute de moyens, on est à la limite de la maltraitance dans les Ehpad»   «Faute de moyens, on est à la limite de la maltraitance dans les Ehpad» EmptyVen 29 Mai 2020, 21:20

Sachant que nous avons plusieurs Ehpad à Fontenay...

Le Val-de-Marne alerte sur le risque de faillite d’Ehpad
Florent Bascoul, 30 avril 2020
Plusieurs maisons de retraite du Val-de-Marne s’alarment des conséquences du Covid 19 et du confinement sur l’état de leurs finances. Le Conseil départemental du Val-de-Marne craint des faillites dans les prochains mois et réitère sa demande d’un fond d’urgence doté dans un premier temps de 300 millions €.

Le modèle économique des Ehpad (Établissements hospitaliers pour personnes âgées dépendantes) repose sur une occupation optimale des lits permettant de facturer des dépenses d’hébergement et de soin auprès des usagers, des collectivités locales et de l’État qui participent chacun en fonction du niveau de dépendance de la personne. Depuis la mi-mars, l’épidémie de Covid 19 a grippé cet équilibre qui était déjà ténu. Confinement oblige, les admissions de nouveaux résidents sont suspendues alors que dans le même temps, la surmortalité liée au coronavirus, ajoutée à la mortalité naturelle des pensionnaires très âgés, a libéré de nombreuses places. Parallèlement à cette sous-utilisation des capacités d’accueil, les établissements doivent prendre en charge des dépenses exceptionnelles pour appliquer les mesures sanitaires.

« Selon les informations recueillies auprès des directions d’Ehpad et qui nous ont été confirmées ce mercredi par la Direction départementale des finances publiques (Ddfip94) lors d’une réunion en préfecture, plusieurs établissements pourraient se retrouver dans l’impossibilité de payer les salaires dès le mois de mai. Certains sont exposés à des risques de faillite dès cet automne », alerte-t-on au cabinet de la présidence du Conseil départemental du Val-de-Marne. Cette situation touche en premier lieu les Ehpad des régions les plus contaminées à savoir l’Île-de-France et le Grand Est.

Le Conseil départemental, qui représente que 15 à 20% du budget des Ehpad via le forfait dépendance, indique étudier la possibilité d’accorder des facilités de trésorerie pour les sites les plus en difficulté et appelle à un fonds d’urgence. La semaine dernière, le président du Val-de-Marne, Christian Favier, a écrit en ce sens au Premier ministre. Il réclame une première enveloppe de 300 millions €.
« En attendant de recevoir une réponse de Matignon, nous nous sommes entretenus avec l’Association des départements de France pour accroître la sensibilisation du gouvernement à ce sujet », fait savoir le département.

https://94.citoyens.com/2020/le-val-de-marne-alerte-sur-le-risque-de-faillite-dehpad,30-04-2020.html
Revenir en haut Aller en bas
scola



Messages : 231
Date d'inscription : 05/06/2014

«Faute de moyens, on est à la limite de la maltraitance dans les Ehpad» Empty
MessageSujet: Re: «Faute de moyens, on est à la limite de la maltraitance dans les Ehpad»   «Faute de moyens, on est à la limite de la maltraitance dans les Ehpad» EmptySam 30 Mai 2020, 11:53

Salamandre a écrit:
Sachant que nous avons plusieurs Ehpad à Fontenay...

Le Val-de-Marne alerte sur le risque de faillite d’Ehpad
Florent Bascoul, 30 avril 2020


https://94.citoyens.com/2020/le-val-de-marne-alerte-sur-le-risque-de-faillite-dehpad,30-04-2020.html

Un plan d’urgence aux collectivités locales vient d’être annoncé cette semaine par l’état :
https://www.lemonde.fr/politique/article/2020/05/29/collectivites-locales-un-plan-d-urgence-de-4-5-milliards-d-euros-pour-faire-face-a-la-crise_6041160_823448.html

Extrait :
« Les premières conclusions rendues par Jean-René Cazeneuve, le président de la délégation aux collectivités territoriales et à la décentralisation de l’Assemblée nationale, chargé par le premier ministre d’une mission sur l’impact de l’épidémie sur les collectivités, font ressortir que leurs recettes pourraient diminuer d’environ 7,5 milliards d’euros en 2020.
Toutes ne seront pas touchées de la même manière. En 2020, les pertes devraient s’élever à 3,2 milliards d’euros pour le bloc communal, 3,4 milliards pour les départements, particulièrement concernés par l’effondrement des transactions immobilières et, par conséquent, par la chute des droits de mutation à titre onéreux, les frais de notaire, et 0,9 milliard pour les régions.
S’y ajoutent les dépenses engagées par ces mêmes collectivités, notamment les régions, pour faire face à la crise. Par ailleurs, les effets de la crise se feront encore ressentir en 2021, notamment en ce qui concerne la fiscalité économique, du fait du décalage d’une année de la perception du produit de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises. »
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4982
Date d'inscription : 08/01/2012

«Faute de moyens, on est à la limite de la maltraitance dans les Ehpad» Empty
MessageSujet: Re: «Faute de moyens, on est à la limite de la maltraitance dans les Ehpad»   «Faute de moyens, on est à la limite de la maltraitance dans les Ehpad» EmptyMar 16 Juin 2020, 12:22

Covid-19 : après la crise sanitaire, les Ehpad publics du Val-de-Marne au bord du gouffre financier
Par Agnès Vives, le 15 juin 2020
Le conseil départemental du Val-de-Marne vient de débloquer une avance sur trésorerie de 7 millions € pour sauver de la faillite dix établissements publics, particulièrement éprouvés par la crise du Covid-19.

La crise sanitaire a secoué les équilibres budgétaires des Établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), déjà bien fragiles.
Dix gestionnaires sur les quatorze publics (71 Ehpad en tout dans le Val-de-Marne) frôlent même la cessation de paiements, au risque de ne pas pouvoir payer les salaires des personnels jusqu'à la fin de l'année.
Une avance de trésorerie de (7 ?) 8 millions €
Une situation périlleuse qui a conduit le conseil départemental du Val-de-Marne, financeur au titre de l'APA (allocation personnalisée d'autonomie), à débloquer le 8 juin dernier une avance de trésorerie de 7 millions €.
(..)
Mais pour l'heure, les Ehpad sont encore pris en étau, entre des dépenses qui ont explosé et des recettes en chute libre. Durant l'épidémie, les personnels — aujourd'hui revenus — étaient absents car malades ou retenus, un sur deux en moyenne. Il a fallu les remplacer. Mais aussi s'équiper de matériel de protection, de médicaments, d'oxygène médical…
A ces frais, se profilent les primes à verser aux agents sur le pont pendant cette période. « Dans le même temps, nos recettes se sont écroulées. Des résidents sont décédés et les places vacantes ne pouvaient être comblées », poursuit Bruno Gallet, à la tête par intérim du Groupement des Ehpad publics du Val-de-Marne.
(..)
« C'est tout le système qui est à revoir, prône la syndicaliste Barbara Filhol, secrétaire générale de l'USD 94. Lorsqu'on ne touche pas le prix de journée à cause d'un décès, on ne touche plus l'APA, ni la dotation de soins. Ce sont des sommes astronomiques. » Et la professionnelle de craindre qu'avec la crise sanitaire, la défiance des familles ne retarde l'inscription de leurs proches.
La crainte d'une possible canicule
Concernant les frais de matériel, les Ehpad seront remboursés. « Mais on attend toujours, déplore Barbara Filhol. Alors que pour les hôpitaux publics, le fonds de 100 millions € est débloqué. » Alors, la CGT « veillera dans chaque établissement à ce que l'aide exceptionnelle du département qui a fait un choix courageux, serve bien aux maintiens de l'emploi, des droits des salariés et à l'amélioration des conditions de travail et d'accueil des résidents ».
Car tous redoutent une possible canicule, qui viendrait épuiser un peu plus des établissements déjà éprouvés.

https://www.leparisien.fr/val-de-marne-94/covid-19-apres-la-crise-sanitaire-les-ehpad-publics-du-val-de-marne-au-bord-du-gouffre-financier-15-06-2020-8335686.php
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




«Faute de moyens, on est à la limite de la maltraitance dans les Ehpad» Empty
MessageSujet: Re: «Faute de moyens, on est à la limite de la maltraitance dans les Ehpad»   «Faute de moyens, on est à la limite de la maltraitance dans les Ehpad» Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
«Faute de moyens, on est à la limite de la maltraitance dans les Ehpad»
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Quartier du Plateau :: Les services publics de votre quartier-
Sauter vers: